Accueil

Plus loin que loin!

Sortir de l'ordinaire

Date relative: 
Samedi, octobre 11, 2008 (Jour entier)

Pour ceux qui l'ignorent.encore, il existe une petite maisonnée tenue par une bande de jeunes de 12 à 20 ans, au 500, boulevard Labelle, à Blainville, dans laquelle on tient une multitude d'activités, de rencontres et de conférences, mais surtout une entraide communautaire que l'on pratique ici et jusqu'en République dominicaine. Si vous ne le saviez pas, alors il est temps de vous y intéresser, parce que Le Petit Peuple s'apprête à célébrer ses vingt années d'existence, et ce, sans aucune subvention récurrente. C'était donc la 19e assemblée générale de l'organisme autogéré, mais qui revendique de plus en plus l'aide du monde politique et corporatif, afin d'établir une permanence dans la maisonnée. En fait, Le Petit Peuple ne gère qu'un programme de Ressources humaines Canada, afin de favoriser l'insertion en milieu de travail de huit jeunes, toutes les autres dépenses, comme la construction même de la bâtisse, nécessitant un grand nombre d'activités de collecte de fonds. «Nous sommes un bon gang!», lançait le mentor de la maisonnée, Pierre Massie, en cherchant à intéresser le mécénat à la cause de ses jeunes volontaires qui œuvrent notamment au maintien à domicile des personnes âgées ou handicapées. «Vous n'avez pas idée... le plaisir de vous voir arriver», témoignait Gaston qui a bénéficié de leur aide dans un moment difficile. «Une personne humaine... quelqu'un qui venait me voir», de renchérir M. Duval, devenu un ami du Petit Peuple. L'avocat et grand défenseur du Petit Peuple, René Gauvreau, s'évertue en ce moment à faire reconnaître le travail des jeunes en ce qui a trait au maintien à domicile des gens en perte d'autonomie, auprès du CLSC et autres organismes publics. «Nous souhaitons obtenir le soutien des décideurs», de plaider Pierre Massie à cet égard, en relatant la panoplie de services et de corvées effectués par ses jeunes. Ce qui manque en ce moment au Petit Peuple pour atteindre son plein fonctionnement, en fait, c'est une permanence. La maison voisine du parc Blainville est présentement ouverte quatre soirs par semaine, soit du lundi au jeudi, entre 17 h 30 et 21 h 15, mais on voudrait élargir la plage horaire afin de favoriser nombre d'activités, telles que les soirées thématiques et musicales, les sorties ainsi que des ateliers comme l'ébénisterie. Le Petit Peuple tient également des camps de fin de semaine à raison de cinq ou six par année, mais on y effectue aussi un voyage humanitaire en République dominicaine, dont les inscriptions se feront le 7 octobre. En ce qui concerne le financement, il y aura le traditionnel Souper aux huîtres du 24 octobre prochain, un moment privilégié pour les décideurs désireux de mieux savoir pour davantage s'impliquer auprès d'une bande de jeunes particulièrement allumée. Toujours au chapitre des activités de financement, il y aura un grand quillothon le 15 novembre. Le Petit Peuple pourvoit aussi à l'aide aux devoirs; on y fait du scrapbooking comme de la couture; on y écoute des films comme on y fait du théâtre; c'est donc une maison où ce sont les jeunes qui mènent et, vous savez quoi, ça va bien depuis près de 20 ans. Avouez que ça sort de l'ordinaire! On joint l'organisme au 450-971-2250, comme via le site [www.lepetitpeuple.org].