Accueil

Plus loin que loin!

Le Petit Peuple grandit

Date relative: 
Samedi, mai 31, 2008 (Jour entier)

On a l'habitude des soupers communautaires qui servent de financement aux activités du Petit Peuple, un organisme humanitaire constitué d'adolescents et de jeunes adultes qui tiennent maison au 500, boulevard Labelle, à Blainville, dans une formule d'autogestion et aussi d ' autofinancement. Mais avec les deux députés pour venir saluer le président d'honneur de ces festivités, pour lesquelles 80 personnes avaient réservé un billet à 20 $ l'unité, générant ainsi des profits de quelque 2 000 .$, l'événement trouvera sûrement une place dans les éphémérides de la maisonnée qui existe depuis plus de vingt ans. Présentons donc la formule, ainsi que les personnages de cette soirée. Autrefois maire de Blainville, Pierre Gingras a contribué avec le monde corporatif à la construction de la maison du Petit Peuple, un projet que pilotait Pierre Massie et dont il s'est fait le patriarche, sinon le mentor. L'adéquiste et sa collègue du comté de Groulx, Linda Lapointe, ont arrondi des profits de 1 600 $ à 2 000 $, mais c'est bien évidemment leur présence qui permettait à l'organisateur de la soirée d'obtenir un succès tel qu'il se voyait décerné l'Ordre du tablier. René Brunet était en fait la deuxième personne à recevoir le magnifique tablier de jute beige, qui caractérise si bien les jeunes volontaires, de La Soupierre épluchant et découpant des tonnes de légumes, afin de fournir une soupe aux plus démunis de la polyvalente Sainte-Thérèse, d'où ils ont été délogés par la pénurie de locaux. C'était d'ailleurs pour soutenir les activités de La Soupierre dans son nouveau local du boulevard Du Domaine, en concubinage avec le centre Oméga, qu'avait lieu ce souper où l'on a effectivement dégusté cette soupe, avec un bon grilled-cheese. L'autre fier récipiendaire de l'Ordre du Tablier était président d'honneur de cette soirée, René Gauvreau, un avocat qui fut aussi le porte-parole du Petit Peuple durant cette difficile période de relocalisation, qui se termine toutefois sur une belle collaboration avec le centre OMEGA. C'est Anne-Marie Dinelle qui s'est vu. confier la direction de cette nouvelle Soupierre, en l'absence de Pierre Massie toujours en congé de maladie. «T'as besoin de beaucoup de personnes», de résumer le fondateur qui avait craint pour la survie de son organisme, lors de la séparation forcée avec la polyvalente. Celui-ci titillait quelque peu d'ailleurs, en constatant que des investissements se font partout à Blainville, mais qu'il n'y a toujours rien pour le Petit Peuple. «Devant l'effort consenti par les jeunes, d'analyser Pierre Massie après des semaines de lutte pour la survie, il me semble qu'on mérite plus que des tapes dans le dos. Nous sommes un bon gang», laisse-t-il tomber, sarcastique, en référence à la promotion de la Ville de Blainville. Par ailleurs, le Petit Peuple continue d'offrir le déjeuner à 5 $ pour tout le monde, les dimanches, de 9 h à 13 h, dont les profits s'ajouteront à une campagne de financement d'ores et déjà sur les planches, afin de lancer un autre voyage humanitaire en République dominicaine pour les jeunes. Il s'agira du treizième. Contrairement aux sandwichs servis par La Soupierre, on avait enlevé les croûtes, lors de cette soirée dont il faut notamment saluer la facture musicale, avec René Gauvreau qui réécrivait Quel Calvaire!, de Plume, ainsi que Myriam Gaudet qui est aussi venue chanter et témoigner son attachement à la maisonnée qu'elle a fréquentée avec bonheur.